La production de nourriture peut générer différents types de pollution : émissions de gaz à effet de serre lié aux transports, utilisation de produits chimiques et de pesticides… Pourtant, avec un potager, il est possible de se nourrir sans polluer ! Retrouvez toutes les astuces sur greenattitudemag.fr.

Le potager : un garde-manger naturel

Lorsqu’on consomme les légumes et les fruits produits dans son propre jardin, on sait exactement dans quelles conditions ils ont été produits. Nous avons choisi les produits utilisés pour les cultiver, et nous avons défini la qualité de la terre dans laquelle ils allaient pousser. Ainsi, on peut utiliser la terre, le compost et les engrais de notre choix. Le potager est la meilleure solution pour se constituer un garde-manger sain et totalement biologique !

En effet, nous ne sommes pas obligés d’utiliser de produits chimiques pour traiter notre jardin. Nous avons le choix d’utiliser des produits dits « verts », dénués de pesticides et autres substances nocives pour l’environnement, et pour la santé. Chaque fruit et chaque légume peut alors être produits dans des conditions très saines, qui n’entraînent pas de pollution !

Fruits et légumes biologiques ou avec pesticides ?

Avec les produits vendus dans le commerce, on ne sait jamais à quoi s’attendre. On ignore combien de temps ils ont passés, entassés dans des camions ou des avions. On ignore également quels produits ont été utilisés pour leur production. Pour laver efficacement des fruits et légumes contaminés aux pesticides, il faut utiliser du bicarbonate de soude et du vinaigre blanc, et laisser tremper le tout plus d’une demi-heure.

Par ailleurs, les produits issus de l’agriculture biologique sont généralement vendus très cher, et tout le monde ne peut pas se permettre de dépenser autant. Ainsi, beaucoup de personnes préfèrent se tourner vers les produits remplis de pesticides. Faire pousser ses propres fruits et légumes permet d’accéder à une source de nourriture biologique à moindre coût !

Du potager à l’assiette : aucun transport requis

En choisissant de s’alimenter avec des produits du jardin, on peut aussi considérablement réduire son empreinte sur la planète, et donc lutter contre les effets du réchauffement climatique. En effet, les aliments que nous achetons en magasin ont souvent parcouru des milliers de kilomètres avant de parvenir à nos assiettes. On appelle ça le « kilomètre alimentaire ». Les aliments produits dans le jardin présentent un kilomètre alimentaire nul, ce qui est très bénéfique à l’environnement.

Le potager nous permet également de nourrir notre famille, nos amis et de troquer nos produits. En effet, une personne qui produit beaucoup de tomates peut les échanger contre quelques courgettes du voisin ! Ici encore, inutile de faire parcourir des milliers de kilomètres à ces quelques aliments pour les consommer. D’autant qu’ils sont produits dans des conditions naturelles et saines.

« Biologique » ne veut pas dire « éthique »

Si consommer des produits issus de l’agriculture biologique est un premier pas pour l’environnement, cela ne suffit pas toujours à réduire son empreinte environnementale. En effet, les pays importent beaucoup de produits venus du monde entier, et qui nécessitent aussi des transports par bateaux, par avions et par camions. L’empreinte écologique d’un fruit biologique peut être impressionnante !

Produire ses propres aliments dans le potager permet donc de s’assurer de ne consommer que des produits locaux et biologiques. Se nourrir sainement est alors possible pour tout le monde, puisque la production d’aliments n’est pas très coûteuse. Il suffit de disposer d’un petit espace et d’y déposer quelques graines ! De plus, lorsqu’on est passionné(e) de jardinage, on peut manger les fruits et les légumes que l’on obtient grâce à la passion du travail de la terre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *